Arto Paasilinna (1942-2018)

Résultat de recherche d'images pour "photo Arto Paasilinna"

La semaine dernière, le 15 octobre, l'écrivain finlandais Arto Paasilinna est mort, à 76 ans.

Il était né d'une famille suédoise transbahutée dans l'extrême Nord européen : Norvège, Suède et finalement Laponie finlandaise. Après avoir exercé divers métiers (bûcheron, ouvrier agricole...), il se tourne vers le journalisme, et a travaillé, comme stagiaire, au quotidien régional Lapin kansa ('Le peuple lapon"). Il écrira par la suite pour divers journaux et revues littéraires, jusqu'en 1988.

Arto Passilinna commence à publier des romans en 1972, mais ses 35 romans ne sont pas encore tous traduits (18 le sont pour l'instant). Ceux-ci sont souvent picaresques, mettant les personnages dans des situations loufoques. Un bon exemple, le plus connu, est Le lièvre de Vatanen (1975). La nature est très présente chez Paasilinna, le plus souvent ses romans se déroulent dans le Grand Nord. Il reconnaissait "exagérer les choses", ce qui est, à vrai dire, le propre de l'écrivain, pour mieux tourner en dérision le peuple auquel il appartient. La bonne humeur est omni-présente dans tous ses romans. Le dernier paru en France, Un éléphant, ça danse énormément, n'échappe pas à ces règles. J'en avais d'ailleurs parlé dans un autre billet, il y a quelques mois.

Outre ces deux romans, je vous conseille particulèrement Prisonniers du paradis, La douce empoisonneuse ou encore Les  mille et une gaffes de l'ange gardien Ariel Auvinen. Fous rires et dépaysement garantis... Allez-y, il y a de quoi faire ! Et il reste encore 17 romans à traduire, si bien que, même si Arto Paasilinna n'est plus parmi nous, il continuera de nous faire rire, et aimer ses compatriotes...